L'équilibre acido-basique

 

Nos métabolismes produisent des acides, notre corps tend donc en général vers l’acidité. Notre organisme va alors tenter de « tamponner » cet excès d’acidité. De plus, un mauvais comportement alimentaire, physique et/ou émotionnel est facteur d’acidification mais quelles en sont les conséquences ? Et comment y remédier ?

    La notion de pH

Le pH est l’unité de mesure du degré d’acidité ou d’alcalinité d’un milieu ou d’une solution, il va de 0 à 14 : 0 étant le plus acide et 14 le plus alcalin. 7 est la zone neutre, ce qui signifie que le nombre d’ions H+ (contenu dans les corps dits « acides ») et le même que les ions OH- (contenus dans les corps dits « basiques »).​

Les liquides de notre organisme doivent être équilibrés pour que celui-ci fonctionne correctement. Cet équilibre est important pour nos cellules qui baignent dans ces liquides afin de remplir leurs fonctions.

Le pH du corps humain en bonne santé est compris en 7.1 et 7.2

    Comment notre organisme régule l'excès d'acidité ?

  • Les systèmes « tampons »

 

Au niveau sanguin, il y a notamment le système acide carbonique-bicarbonates, c’est la réserve alcaline plasmatique qui permet de compenser en urgence les écarts du pH sanguin. Cependant si la formation d’acides est trop importante et ne peut plus être compensée par ces systèmes, il existe d’autres mécanismes.

 

  • Les mécanismes bio régulateurs

 

- Les poumons : les acides citrique, oxalique, pyruvique, acétylacétique et bêta-hydroxybutyrique provenant de la dégradation de certains aliments, sont transformés en acide carbonique puis en acide volatil et éliminés sous forme de gaz carbonique par les poumons. Il y a aussi l’élimination des acides cétoniques provenant de la dégradation des lipides en cas de carence de glucose (jeûne) = haleine de la pomme verte.

- Les reins : ils éliminent les ions H+ en excès, il est donc normal d’avoir des urines foncées et odorantes le matin car l’organisme élimine les acides.

- La peau : elle élimine les ions H+ grâce aux glandes sudoripares.

    Quelles sont les conséquences d'un déséquilibre ? 

 

  • Troubles inflammatoires et pathologies articulaires

  • Fatigue mentale et physique : perte de tonus et coups de pompe

  • Frilosité et baisse de température corporelle : mains et pieds froids

  • Etat dépressif

  • Irritabilité, nervosité, émotivité

  • Perte ou prise de poids

  • Problèmes dentaires : gingivite, caries, sensibilité froid/chaud, déchaussement…etc.

  • Problèmes capillaires : cheveux cassants, tombants, ternes

  • Ongles cassants, fragiles, mous, dédoublés, rayés et tâchés

  • Problèmes cutanés : peau sèche, crevassée, eczéma, démangeaisons, rougeurs

  • Calculs hépatiques ou rénaux

  • Kystes aux poignets ou aux ovaires

  • Règles douloureuses

  • Inflammations des muqueuses

  • Hypotension

  • Crampes et spasmes musculaires

  • Baisse de l’immunité

  • Ostéomalacie, rachitisme, ostéoporose

  • Cancers

Liste non exhaustive

    La notion de "terrain"

 

On distingue deux terrains : le terrain neuro-arthritique et le terrain sanguino-pléthorique.

1. Le terrain neuro-arthritique

 

Il concerne les individus qui vont mal transformer les aliments acides ou acidifiants, les glucides et les protides. Ils sont caractérisés par une acidose très importante.

  • Ils ont tendance à la frilosité

  • Ils aiment les douches ou bains chauds

  • Ils transpirent peu

  • Ils ont le teint pâle

  • Ils digèrent lentement et difficilement

  • Ils ont un transit intestinal ralenti et difficile

2. Le terrain sanguino-pléthorique

 

Il concerne les individus qui vont bien transformer les aliments acides en bénéficiant pleinement des minéraux qu’ils contiennent.

  • Ils ont tendance à avoir chaud

  • Ils aiment les douches ou bains froids

  • Ils transpirent beaucoup

  • Ils ont le teint coloré

  • Ils digèrent facilement et rapidement

  • Ils ont un transit intestinal régulier

N.B : les sanguino-pléthoriques vont donc mieux s’accommoder du citron et des agrumes que les neuro-arthritiques profitant ainsi des minéraux qu’ils contiennent. 

    Quelles sont les sources d'acidité ? 

 

  • Les aliments acides

On parle d’aliments acides, les aliments au goût acide (les agrumes, fruits verts non matures, tomates et épinards cuits, asperges, blettes…etc.) consommés en grande quantité, ils sont susceptibles de générer de l’acidité en excès.

  • Les aliments acidifiants

Ce sont des aliments qu’ils ne sont pas acides en bouche mais deviennent acides dans l’organisme : le café, le thé noir, l’alcool, le sucre blanc, chocolat, les sodas, viandes rouges, charcuterie, les céréales raffinées, les bonbons, le soja en trop grande quantité…etc.

 

  • Les glucides

Ils sont transformés en glucose afin de former de l’énergie indispensable pour faire fonctionner nos cellules. Cependant si l’oxygénation n’est pas assurée, il y a formation d’acides.

 

  • Les carences en vitamines et minéraux

Tous les aliments chimiques et industrialisés et/ou carences sont sources de causes possibles de perturbation des métabolismes et donc de création d’acides en excès.

 

  • Les lipides = graisses

Si l’on prive l’organisme de glucides et donc de glucose, l’organisme va transformer les graisses en énergie et constituer alors des acides dont l’acide cétonique.

 

  • Les protides

Une grande consommation de produits carnés ou autres aliments contenant des purines peut entraîner des surcharges de cristaux pouvant être à l’origine de rhumatismes ou de fatigue hépatique et rénale qui sont trop sollicités.

En effet, ce sont le foie et les reins qui éliminent les acides aminés en excès issus de la digestion des protéines, il y a alors formation d’ammoniac qui est toxique pour le cerveau. Il va être transformé par les reins en sels ammoniacaux et/ou par le foie en urée puis est éliminé par les urines.​

 

  • La fatigue

La fatigue physique ou intellectuelle entraîne la production d’acide lactique par augmentation du métabolisme cellulaire.

 

  • Le stress

Le stress ou l’inconfort psychologique ont une influence sur le système endocrinien et le système nerveux parasympathique ayant de nombreuses conséquences organiques et peuvent être source d’acidose métabolique.

 

  • La sédentarité

La sédentarité est un agent acidifiant à prendre en compte dans notre hygiène de vie car l’organisme a besoin d’oxygène pour transformer correctement les glucides ingérés en glucose afin de fournir l’énergie nécessaire.

 

  • L’élimination insuffisante

Si les reins et la peau ne fonctionnent pas correctement, il va de soi que les acides en excès ne sont plus élimés et restent alors dans notre organisme.

    L'indice PRAL : qu'est-ce que c'est ?

 

L’indice PRAL (Potential renal acid load) évalue la charge acide d’un aliment en fonction de la quantité d’éléments acides et basiques qu’il génère une fois absorbé. On obtient la mesure de la charge dans l’urine et tout chiffre au-dessus de 0 signifie un excès d’acides.

Détails des aliments acidifiants

N.B : L’indice PRAL ne prend pas en compte le « terrain » de chacun.

    Comment maintenir un bon équilibre acido-basique ?

 

1. Une alimentation saine et équilibrée

  • Diminuez la consommation de graisses saturées principalement d’origine animale au profit de graisses insaturées : huiles végétales vierges et pressées à froid.

  • Limitez la charcuterie, les plats en sauce, les plats industrialisés

  • Limitez voire supprimez les aliments comme le café, le thé, l’alcool ou les sodas.

  • Consommez davantage de fibres pour favoriser le transit intestinal grâce aux légumes, aux fruits frais, aux céréales complètes et aux légumineuses.

  • Privilégiez la consommation de produits frais et crus qui sont plus riches en nutriments.

  • Privilégiez les aliments complets et bio si cela est possible.

  • Mangez plutôt les crudités en début de repas et les fruits frais en dehors des repas.

  • Privilégiez les cuissons à l’étouffée, à la vapeur ou four plutôt que les fritures et barbecue.

 

2. Désacidifiez votre terrain

Il est conseillé de limiter les aliments acides ou acidifiants voire pour certains les supprimer complètement mais aussi limiter les facteurs générateurs d’acides comme le stress, le surmenage, la sédentarité…etc.

 

3. Alcalinisez votre terrain

Consommez plutôt des aliments non acides ou acidifiants !

Privilégiez entre autre :

  • Les légumes verts crus et cuits

  • Les pommes de terre à la vapeur ou en purée, les patates douces et le potimarron

  • Les bananes

  • Les amandes et les noix de cajou

  • Les châtaignes

  • Le melon

  • Le sarrasin

  • Les graines de sésame

 

4. Détendez-vous et oxygénez-vous

  • Faites des exercices de respiration et de relaxation

  • Pratiquez une activité physique

  • Soignez votre sommeil car il est une excellente arme pour lutter contre la formation des radicaux libres

    Mention spéciale chez le sportif

 

Une pratique sportive intense peut déséquilibrer l’organisme car le muscle consomme les sucres et les graisses produisant alors des déchets, principalement de l’acide lactique. Acide qui provient de la dégradation du glucose en phase anaérobie, c’est-à-dire quand l’apport d’oxygène est insuffisant. Plus on a une accumulation d’acide lactique, plus l’organisme va être en acidose. C’est pourquoi il est important chez les sportifs d’avoir un bon équilibre acido-basique afin de :

  • Garder des os solides et éviter les blessures et/ou douleurs

  • Préserver ses muscles

  • Protéger ses reins et son foie

  • D’être plus performant 

SPODE

13, rue Tupin

69002 Lyon, France

evahudak.diet@gmail.com

Tél : 06 46 62 50 89

  • Facebook - White Circle
  • White Instagram Icon

© 2018 par Eva Hudak. Créé avec Wix.com